Quel statut juridique choisir en tant qu’influenceur, pour optimiser sa rémunération ?

1003
Partager :

L’activité des influenceurs connaît un boom sans précédent avec le développement des réseaux sociaux. Youtubeurs, tiktokeurs, instagramers, vlogeurs et autres blogueurs gagnent désormais leur vie en tant qu’influenceur. Plus on a de followers, plus on est susceptible de gagner des sommes mirobolantes. Mais minimes ou importants, ces revenus doivent être déclarés et on doit payer des impôts pour. Alors quel statut juridique est le plus avantageux pour l’influenceur ?

Influenceur : salarié, indépendant ou auteur-artiste ?

Bien qu’influenceur soit reconnu comme métier, le statut juridique d’un influenceur reste à choisir au cas par cas. En règle générale, un influenceur est soit considéré ayant un contrat de travail avec une marque soit considéré comme un prestataire de service.

Lire également : Comment ouvrir une entreprise SASU ?

Le cas de l’influenceur salarié

L’activité de l’influenceur est assimilée à celle du mannequin, définie par l’article L7123-2 du Code de travail, dans certains cas. C’est le cas d’une publication qui a nécessité un tournage ou des prises de photos ayant nécessité la présence physique de l’influenceur/mannequin. La publication de l’influenceur est dans ce cas considérée comme un message publicitaire. Selon l’article L7123-2 du Code de travail, ce type de collaboration prévaut l’existence d’un contrat de travail.

Le cas de l’influenceur indépendant

Les revenus générés par l’influenceur ne sont plus considérés comme étant un salaire quand sa présence physique n’est plus requise comme pour la réalisation d’un enregistrement. En somme, il s’agit des revenus générés par l’exploitation des enregistrements réalisés. Ces revenus entrent dans la catégorie des BNC ou bénéfices non commerciaux et sont à déclarer en tant que tel. Raison pour laquelle, l’influenceur devrait s’enregistrer en tant que microentrepreneur.

A voir aussi : Les indispensables à connaître sur les obligations légales des entrepreneurs avant de démarrer

L’influenceur en tant qu’auteur artiste

Selon l’activité qu’il est amené à faire, l’influenceur peut également être considéré comme un auteur-artiste si ses prestations répondent aux conditions d’un tel métier. Ici, il est question de la création d’œuvres dont le nombre est limité. Les revenus générés par ces tirages signés et limités à 30 exemplaires relèvent du régime social et juridique des artistes-auteurs.

Le statut social idéal pour l’influenceur

Comme vous pouvez le constater, la nature de l’activité, du contrat ou encore de la collaboration, qu’elle soit ponctuelle ou non, définit la catégorie des revenus de l’influenceur. Vous pouvez aussi remarquer qu’au fil du temps, la nature de ces revenus peut être extrêmement variable dépendamment des contrats que l’influenceur obtient.

Pour vous y retrouver, l’idéal est d’opter pour un accompagnement juridique du créateur de contenus. Si vous ne comptez pas faire de l’influence le levier le plus important de vos revenus ou si vous comptez devenir influenceur en plus d’une activité salariée, le statut juridique du microentrepreneur est conseillé. Moins contraignant et ne coûtant presque rien, il s’agit du statut conseillé pour les influenceurs débutants.

Toutefois, si vous gagnez en notoriété, si vous faites de plus en plus d’abonnés sur les réseaux sociaux et que de plus en plus d’entreprise font appel à vous, c’est sûr que vous aurez à changer de statut juridique. Effectivement, à cause du plafond de 72 600 euros, le statut de la microentreprise devient vite moins intéressant du point de vue de l’impôt sur le revenu. Un expert-comptable est à même de vous aiguiller vers le meilleur statut juridique selon votre cas : EIRL, EURL ou SASU.

Le cas de l’influenceur en société

La question du statut juridique de l’influenceur se pose aussi lorsque celui-ci souhaite exercer son activité en tant que société. En effet, la création d’une structure sociale peut présenter certains avantages pour optimiser sa rémunération et gérer ses revenus de manière plus efficace.

L’une des options les plus courantes est celle de créer une société commerciale. Cela permet à l’influenceur de bénéficier d’un cadre légal spécifique, avec des règles fiscales et sociales adaptées. Plusieurs formules s’offrent alors à lui : la SARL (Société à Responsabilité Limitée), l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) ou encore la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle).

Le choix entre ces différentes structures dépendra notamment du niveau de responsabilité souhaité par l’influenceur, mais aussi des prévisions économiques et financières qu’il a établies pour son activité. L’avantage principal d’une société est qu’elle permet de séparer le patrimoine personnel de celui professionnel, limitant ainsi les risques en cas de difficultés financières.

Il faut également mentionner les différentes obligations légales qui découlent de cette forme juridique. Il devra tenir une comptabilité régulière, effectuer des déclarations fiscales et sociales spécifiques, mais aussi respecter les règles relatives aux contrats commerciaux qu’il conclut avec les marques partenaires.

Il existe aussi d’autres régimes fiscaux possibles pour l’influenceur, tels que le régime de la micro-entreprise ou encore le régime réel simplifié.

Le choix du statut juridique en tant qu’influenceur est une décision importante qui aura un impact sur la gestion et la rémunération de son activité. Il faut prendre le temps d’analyser les différentes options disponibles, en tenant compte des spécificités propres à chaque situation. L’accompagnement d’un professionnel spécialisé dans ce domaine peut s’avérer précieux pour faire les meilleurs choix et optimiser sa situation fiscale et sociale en tant qu’influenceur.

Les avantages du statut d’auto-entrepreneur pour les influenceurs

Lorsqu’un influenceur souhaite exercer son activité de manière indépendante, le statut d’auto-entrepreneur peut présenter de nombreux avantages. En effet, ce régime simplifié offre une grande flexibilité et permet à l’influenceur de bénéficier d’une fiscalité avantageuse.

Le principal atout du statut d’auto-entrepreneur réside dans sa simplicité administrative. Les formalités sont réduites au minimum, mais il faut bien prendre en compte ses limites sociales, notamment concernant les plafonds de chiffre d’affaires imposés par ce régime. Une analyse approfondie des besoins et objectifs spécifiques de chaque influenceur est essentielle avant de faire un choix définitif sur le statut juridique optimal pour optimiser leur rémunération en tant qu’influenceurs.

Partager :