Quel statut juridique choisir pour une boutique en ligne ?

4
Partager :

Aujourd’hui, le marché du e-commerce pèse plus de 100 milliards d’euros en France où 82 % des résidents achètent en ligne . C’est pourquoi ce type d’entreprise attire beaucoup de gens. Toutefois, pour lancer un site de commerce électronique, vous devez d’abord créer une entreprise et choisir un statut légal. Ce choix n’est pas fait au hasard.

Trois possibilités s’offrent à vous : entreprise, entreprise individuelle ou travail indépendant. Quel est le meilleur statut juridique pour votre boutique en ligne ? Je vous suggère de le voir dans cet article.

A lire également : Comment fonctionne la carsat ?

Créez une structure juridique pour votre commerce électronique

Le choix d’une structure juridique est une obligation, mais ce n’est pas facile quand on ne la connaît pas. Avant de choisir, vous devez d’abord vous poser quelques questions. S’agit-il d’une initiative individuelle ou d’un projet impliquant plusieurs personnes (associés) ? Si vous décidez de lancer seul, vous pouvez créer une microentreprise (auto-entreprise) ou une entreprise individuelle (EI ou EIRL) . L’EURL est une forme juridique qui peuvent également vous intéresser si vous êtes seul. En revanche, si vous êtes plusieurs, vous avez le choix entre deux types de sociétés commerciales : SARL et SAS.

Chaque type d’entreprise (entreprise) a ses avantages et ses inconvénients. Vous devez donc prendre le temps de bien réfléchir afin d’éviter de mauvais choix et des situations inconfortables pour votre site Web ou votre activité en ligne.

A lire en complément : Qu'est-ce que je peux vendre pour gagner de l'argent ?

Micro ou auto-entreprise, une situation financière intéressante

Ce statut juridique est très apprécié par les entrepreneurs en France. Selon l’INSEE, 45 % des entreprises enregistrées en 2018 en France ont opté pour le régime des micro-entreprises . Mais pourquoi l’auto-entreprise séduit-elle autant ? Tout simplement parce qu’il offre de nombreux avantages :

  • Il est facile à mettre en place ;
  • Il est flexible en termes de charges sociales ;
  • Il est exonéré de TVA  ;
  • Il permet de réduire les coûts de gestion administrative et comptable.

Les formalités de création d’une microentreprise sont tellement plus légères que tout le monde peut y accéder. Vous pouvez obtenir votre inscription en ligne en quelques minutes seulement. De plus, la procédure est gratuite. Si vous n’effectuez aucun chiffre d’affaires (chiffre d’affaires), aucun frais social ne vous sera facturé. Cela permet de limiter considérablement les risques en cas de problèmes financiers ou de faillite.

Même si vous gagnez un revenu, les charges sociales sont relativement faibles, à 12,8 % de votre chiffre d’affaires. Il n’y a pas de TVA à gérer si vous optez pour ce statut légal. Vos produits seront donc moins chers que ceux des autres magasins qui paient la TVA. Dans une microentreprise, il n’est pas nécessaire de recourir aux services d’un comptable. Au niveau administratif, il vous suffit de faire la déclaration trimestrielle ou mensuelle de votre CA . La procédure se fait en ligne en quelques clics.

La facturation et la tenue d’un livre de recettes font également partie de vos obligations.

Toutefois, l’auto-entreprise présente certaines limites. Vous êtes limité à un chiffre d’affaires annuel hors taxes de 176 200 euros si vous souhaitez continuer à bénéficier des avantages susmentionnés. Au-delà de ce seuil, vous modifiez automatiquement votre statut. Votre boutique en ligne devient alors une entreprise individuelle ou une entreprise commerciale. De plus, la microentreprise est un projet que vous lancez et développez vous-même. La loi ne vous permet donc pas d’intégrer des associés plus tard .

De plus, vous ne pouvez pas obtenir la TVA que vous payez, TVA comprise, sur vos achats auprès de fournisseurs. Cela peut constituer un handicap pour votre activité en ligne. Enfin, vous n’avez pas la possibilité de déduire vos dépenses (achat de produits, emballage…) de votre chiffre d’affaires afin de réduire vos impôts . Cependant, le commerce électronique peut générer des dépenses énormes qui peuvent vous compliquer la vie. Ce statut peut donc être très intéressant dans certains cas, mais ce ne sera pas le cas pour le la majorité des boutiques en ligne.

Pour information, la limite de chiffre d’affaires passe de 176 200 euros à 72 600 euros si vous vendez des services en ligne.

Entreprise individuelle : IE ou EIRL ?

Avez-vous décidé d’opter pour une entreprise individuelle (EI) pour votre site de commerce électronique ? Sachez que ce statut juridique n’a pas de personnalité juridique. C’est-à-dire que vos actifs personnels et vos actifs professionnels sont confondus .

Pour faire simple, si votre entreprise est endettée, vos biens personnels peuvent être saisis par vos créanciers . Toutefois, la loi vous permet de protéger votre résidence principale. Il suffit de faire une déclaration d’inélusibilité devant un notaire.

Il est également possible de protéger les terrains et les biens non construits avec la même procédure administrative. Le document répertorie les propriétés que vous n’utilisez pas dans votre activité en ligne. Bon nombre de mes clients commettent l’erreur de ne pas obtenir suffisamment d’informations avant de choisir ce service juridique statut. Cependant, le manque d’informations dans de tels cas peut facilement vous mettre en difficulté.

Quant à l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), elle est plus flexible que l’IS . Il vous permet d’avoir deux héritages distincts. La loi vous permet de séparer les actifs personnels des actifs professionnels. En cas de dettes de l’entreprise, vos biens personnels ne peuvent en aucun cas être exposés à d’éventuelles saisies. Il est donc protégé sans que vous ayez à rédiger un document administratif.

Les formalités de création d’une entreprise individuelle sont plus légères , mais elles ne sont pas gratuites. Vous devez payer environ 75 euros.

Dans ce statut juridique, l’entrepreneur :

  • est soumis à la TVA ;
  • est assujetti à l’impôt sur le revenu (IRPP) ;
  • n’est pas limité par un seuil de chiffre d’affaires  ;
  • n’est pas tenu de payer les services d’un comptable ;
  • Il n’est pas nécessaire de publier des comptes d’entreprise  ;
  • C’est n’est pas obligé de fournir un capital de démarrage.

Il est donc nécessaire de facturer la TVA aux clients. En contrepartie, la loi vous permet de déduire la TVA de vos achats professionnels. Vous devez comprendre que la taxation de la TVA implique des dépenses supplémentaires qui ne doivent en aucun cas être négligées . L’entrepreneur est soumis à l’impôt sur le revenu (IRPP). Même si vous êtes en déficit, vous devez donc payer vos frais selon un taux forfaitaire de base. En d’autres termes, les frais ne disparaissent pas même si votre activité en ligne ne génère pas encore de revenus.

Toutefois, dans ce statut juridique, vous n’avez pas la possibilité d’intégrer des associés . Quant aux charges sociales, elles sont calculées à partir du bénéfice réel généré par votre activité, soit environ 46 % du chiffre d’affaires.

SARL, SAS, EURL : quelle entreprise commerciale pour votre activité en ligne ?

Pour vendre vos produits en ligne, que ce soit en formation ou via un site de commerce électronique, vous pouvez également créer une entreprise commercial. Comme je l’ai mentionné plus haut, la société est le formulaire obligatoire lorsque deux personnes ou plus se réunissent pour démarrer et développer une entreprise en ligne. De plus, l’entreprise est dotée d’une personnalité juridique. Ce statut juridique permet à tous les entrepreneurs associés de protéger leurs actifs.

Il existe donc une distinction nette entre les atouts personnels et sociétaux . En d’autres termes, les associés gérants ne sont responsables des dettes que jusqu’à concurrence du montant de leur apport en capital à la société.

De plus, si vous décidez de commencer par plusieurs actions, sachez qu’il est facile de vendre vos actions en cas de divergences ultérieures. Cependant, la création d’une entreprise nécessite une réelle implication , car les associés doivent faire face à des formalités administratives et comptables assez complexes. Il faut

donc :

  • Rédaction des statuts de la société ;
  • Nommer un dirigeant (président ou directeur) ;
  • Publier un avis de création dans une annonce légale journal ;
  • Faites appel aux services d’un comptable ou d’un comptable agréé…

Pour la rédaction des statuts, je recommande souvent de faire appel à un professionnel (avocat, notaire) afin de disposer d’un document de qualité . De plus, certains cabinets proposent la rédaction des statuts, la rédaction de l’annonce légale, l’application ACCRE, etc. Par exemple, je n’ai rien payé à ce niveau lors de la création de ma SASU. Prenez le temps de vous renseigner, demandez conseil…

Pour la création de la société, vous avez le choix entre ces 3 formes : SARL (société à responsabilité limitée), SAS (société par actions simplifiée) et EURL (société à responsabilité limitée à une personne). Dans le secteur du commerce électronique, 48 % des entrepreneurs optent pour le statut de SARL, contre 12 % pour les SAS. 15 % préfèrent le statut de travailleur indépendant. Ces chiffres proviennent d’une enquête e-Komerco menée auprès d’un échantillon de 5 000 entreprises.

La SARL est-elle idéale pour vos projets ?

LLC est une forme sociétale très populaire en raison de à ses caractéristiques intéressantes . Il est soumis à la TVA. Les bénéfices, d’autre part, sont soumis à l’impôt sur les sociétés (IS), un taux de 15 à 30 % en fonction du montant du chiffre d’affaires. Les montants des cotisations sociales ne sont pas fixes. Ils varient en fonction de la rémunération des associés. Si la rémunération est nulle, une base forfaitaire de base est appliquée.

Dans ce statut juridique, le manager est considéré comme un travailleur indépendant (TNS). Ses revenus sont donc imposés à 40 % en moyenne. Les formalités de création d’une LLC sont également complexes. En plus des étapes mentionnées ci-dessus, vous devez payer 500 euros pour les frais administratifs. Vous devez également payer au moins 500 euros si vous faites appel aux services d’un prestataire tel qu’un comptable ou un comptable agréé.

Enfin, chaque gestionnaire doit apporter une contribution en capital, dont le montant minimum est de 1 euro. Bref, il est conseillé d’avoir de bonnes prévisions de chiffre d’affaires et une activité rentable avant de se lancer dans le création d’une LLC.

SAS, de plus en plus à la mode

récentes mesures de simplification ont suscité un enthousiasme autour du SAS Les . Les gestionnaires ne sont plus tenus de nommer un vérificateur. L’exigence d’un capital social minimum a également été supprimée. En vertu de ce régime juridique, le président est traité comme un employé. Il cotise donc en tant qu’employé au régime général de sécurité sociale. Il veut dire qu’il a le droit au chômage, si nécessaire. Sa rémunération est imposée en vertu de l’IRPP.

Dans un SAS, la marge de liberté est plus grande lorsqu’il s’agit de rédiger des statuts . Le président peut donc choisir de définir les relations entre les associés et les actionnaires comme il l’entend. C’est lui qui décide également des conditions d’ouverture du capital dans le document. Enfin, le coût de la création d’une SAS est également d’environ 500 euros. Si vous souhaitez faire appel à des fournisseurs tels qu’un comptable, vous devez également planifier le budget dont vous avez besoin.

Qu’en est-il de l’EURL ?

L’EURL est en fait une société anonyme avec un seul partenaire. Ce statut juridique vous permet de créer vous-même une entreprise. Je trouve que cette forme juridique reste très pratique en raison de sa flexibilité. Par exemple, vous avez la possibilité de passer du statut de l’EURL à celui de la SARL. Il suffit de renoncer aux actions. Vous pouvez donc commencer par vous-même et rejoindre des associés plus tard. Enfin, en raison de son statut d’entreprise, EURL jouit d’une meilleure réputation auprès des banques qu’une entreprise individuelle (EI, EIRL) .

En fin de compte, quel est le meilleur statut pour mon activité en ligne ?

Vous souhaitez entreprendre seul, sans prendre de risques ? Si vous ne vous attendez pas à un chiffre d’affaires important (moins de 170 000 euros), l’auto-entreprise est la meilleure option . Cette forme juridique est simplifiée et moins coûteuse. De plus, il est idéal si votre entreprise n’est qu’une activité secondaire. La microentreprise vous permettra de tester votre sans se ruiner.

Quant à l’entreprise individuelle (EI ou EIRL), elle permet de se lancer seule, mais sans limitation de chiffre d’affaires . Vous disposez également d’une grande liberté, car vous n’êtes pas obligé de fournir du capital de démarrage. Toutefois, les charges sociales et fiscales ne sont pas négligeables. Et vous ne pourrez plus vous joindre à des associés plus tard.

société est la forme juridique idéale si vous entreprenez avec d’autres personnes. SAS est plus flexible que la SARL La . Il est également possible de créer seule une entreprise avec le statut de l’EURL. Si, par la suite, votre entreprise commence à générer des revenus importants, vous pouvez facilement passer au statut SARL. De plus, je suggère toujours à mes clients de rédiger un plan d’affaires e-commerce avant de se lancer dans l’aventure. Si vous avez besoin d’aide dans ce sens, vous pouvez compter sur notre équipe pour vous aider. Nous aidons les entreprises à créer des entreprises rentables sur Internet, que ce soit pour la vente de formations en ligne ou de sites de commerce électronique.

De quoi se souvenir ? Avant de vendre en ligne, vous devez d’abord avoir un statut légal. Il n’y a pas de statut juridique unique pour lancer votre projet, cela dépend toujours du contexte et de votre projet. Pour choisir la forme juridique qui vous convient, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs, notamment le nombre d’entrepreneurs et les objectifs de croissance.

Josselin Leydier Consultant SEO & Digital PerformanceCoach

Partager :