La durée légale du travail journalier dans le monde

138
Partager :
La durée légale du travail journalier dans le monde 1

Les heures de travail à travers le monde varient fortement, en fonction de la situation économique et des conditions sociales. Cependant, les employeurs doivent se conformer à une limite donnée pour préserver la santé de leurs employés. Découvrez dans cet article les durées légales de travail à travers le monde.

Le temps de travail et de repos en Europe

Dans les pays de l’Union Européenne, les employeurs sont tenus de veiller à ce que leurs employés ne travaillent pas plus de 48 heures pendant une semaine sur une période de référence de quatre mois au plus. Ces 48 heures de travail incluent aussi les heures supplémentaires. Ensuite, les employés doivent bénéficier d’un repos journalier de minimum 11 heures consécutives. Ils doivent aussi bénéficier d’un repos hebdomadaire de 24 heures tous les sept jours sur une période de référence de deux semaines. Les 24 heures de repos hebdomadaire doivent absolument être ininterrompues.

A découvrir également : Entreprendre sur internet : pourquoi se lancer ?

Par ailleurs, si les employés travaillent plus de 6 heures pendant une journée, ils devront bénéficier d’un temps de pause dont la durée est généralement fixée par des conventions collectives ou encore par la législation nationale.

Il faut préciser que 20% des salariés de l’Union Européenne travaillent à temps partiel. C’est la Suède qui détient le plus grand nombre d’heures de travail avec 24,7 heures en moyenne. Elle est suivie par la France qui totalise 23,7 heures.

A lire également : Quels sont les objectifs du bilan social ?

La durée légale pour le travail de nuit

Les employés sont considérés comme des travailleurs de nuit s’ils accomplissent au moins trois heures de leur temps de travail journalier durant la période nocturne ; soit une période comprise entre minuit et 5 heures du matin telle que prévue par la législation nationale.

Ainsi, les travailleurs de nuit ne doivent pas travailler pendant plus de 8 heures en moyenne chaque 24 heures. En aucun cas, cette marge ne doit être dépassée, surtout si le travail comporte des risques particuliers ou encore des tensions physiques, mentales plus ou moins importantes.

La durée légale du travail journalier dans le monde 1

Aussi, les travailleurs de nuit doivent bénéficier d’un examen médical gratuit qui se passe totalement dans le secret médical. Si éventuellement, un employé souffre d’un problème de santé provoqué par le travail de nuit, son employeur devra veiller à le transférer à un travail de jour.

Les heures légales de travail dans d’autres pays du monde

Il est difficile d’indiquer un nombre d’heures, même approximatif, pendant lesquels les gènes travaillent à travers le monde. Les différences sont plus ou moins importantes d’un pays à un autre.

En Corée du Sud par exemple, la durée maximale légale de travail est passée à 52 heures par semaine depuis le 1er juillet alors qu’elle était de 68 heures par semaine. Cette réglementation est notamment appliquée pour les entreprises ayant au moins 300 employés. En effet, les Coréens travaillaient moyennement 40 heures par semaine. À ces 40 heures, pouvaient aussi s’ajouter 12 heures supplémentaires ainsi que 16 heures le weekend. Mais à présent, le travail du weekend est compté en heures supplémentaires.

La Corée du Sud est alors classée troisième parmi les pays avec les heures de travail journalier les plus élevées, juste après le Mexique et le Costa-Rica. Juste après la Corée du Sud, on peut retrouver la Grèce, vu que ce classement ne prend pas en compte des pays tels que l’Inde et la Chine.

Si on décide d’étudier le classement des heures de travail par semaine, c’est la Turquie et la Colombie qui prennent les premières places avec en moyenne 47,7 heures de travail hebdomadaire. On peut ensuite retrouver le Mexique avec 45.2 heures. Quant à la France, elle occupe la 25e place de ce classement avec 36 heures de travail par semaine.

Des sanctions contre les employeurs récalcitrants

Afin de normaliser les heures de travail journalier et d’instaurer un réel droit au repos pour les employés, les gouvernements ont mis en place diverses sanctions contre les employeurs qui ne se plieront pas à ces exigences.

En Corée du Sud par exemple, une nouvelle loi permet de condamner des employeurs qui enfreignent les règles concernant les heures de travail à des peines qui peuvent aller de deux ans de prison ferme à 15 000 euros d’amende.

Partager :