Pourquoi acheter un bien immobilier en SCI ?

3
Partager :

Pour investir dans l’immobilier, de nombreuses familles optent pour la création de SCI ou de la société civile immobilière. En effet, la collecte de capitaux auprès de plusieurs associés facilite l’acquisition d’un bien mémorisé qui est inaccessible à une seule personne. Toutefois, ce n’est pas le seul avantage de la SCI. Découvrez-les en poursuivant votre lecture.

Créer un SCI en ligne

Lire également : Comment passer de l'indivision à la SCI ?

Associer les enfants à un projet immobilier

En effet, l’achat de SCI permet aux parents de constituer des richesses pour leurs enfants sans qu’ils aient à dépenser de l’argent. Dans le cas de l’acquisition d’une résidence secondaire, cela permet aux parents de donner des parts à leurs enfants qui ne font plus partie du foyer fiscal. Par conséquent, il y a moins d’impôt à payer sur le patrimoine immobilier.

Protéger le partenaire survivant en cas de décès

Un nombre minimum de deux personnes doit être respecté pour constituer un SCI. Un couple marié ou non marié peut ainsi en créer un pour acheter un bien immobilier et y vivre. Il il convient de noter que dans le cas d’un PACS ou d’un mariage, si l’un des partenaires décède, aucune disposition spéciale n’est nécessaire pour que le partenaire survivant puisse continuer à jouir de la propriété.

A voir aussi : Comment établir un règlement intérieur ?

En revanche, si les partenaires sont en cohabitation, une protection peut être mise en place par les statuts. En effet, en temps normal, si l’un d’eux meurt, ses parts reviennent à ses héritiers. Le conjoint survivant peut donc perdre son droit d’occuper le logement si tel est le souhait de ce dernier. Cette situation peut être évitée par une disposition stipulée dans les statuts. Entre autres choses, la clause indiquera que le conjoint survivant peut continuer à résider dans le logement acquis en SCI. Cela peut se traduire par deux possibilités de choix lors de la rédaction des statuts :

  • Les concubines prévoyaient que les héritiers ne bénéficient pas de l’usufruit du SCI.
  • Les héritiers du partenaire décédé héritent de ses parts que le survivant peut racheter. C’est le cas dans le cas d’un clause d’approbation.

Dans tous les cas, les enfants du défunt conservent leur droit d’héritage. Le pouvoir de la gestion repose sur le partenaire survivant.

Faciliter la transmission des richesses aux enfants

La création d’une SCI familiale pour acheter une maison permet également de réduire les coûts de transmission de la richesse. Plus précisément, aucun droit de don ne doit être versé pour transférer les actions aux héritiers.

Il existe également des taxes hors taxes. Il est renouvelable tous les 15 ans dans la limite de 100 000€ par parent pour chaque enfant. Il offre notamment la possibilité de transmettre progressivement son patrimoine à ses enfants sans avoir à payer des droits de succession élevés.

Éviter le régime de l’indivision

La création d’une société civile familiale immobilière est idéale pour éviter l’indivision. L’inconvénient de ce dernier est qu’il fait en sorte que plusieurs individus possèdent le même bien. Il est alors difficile de le partager clairement.

Avec SCI, les partenaires détiennent une part spécifique de la propriété. Les biens de chacun des partenaires sont divisés en fonction des parts qu’ils ont apportés. Cela facilite également la gestion de l’entreprise dans le contexte de l’indivision.

Créer une SCI pour acheter une propriété : comment procéder ?

Avant de vous lancer dans la construction d’une société civile immobilière, vous devez vous fixer un objectif clair. Est-ce que vous le faites pour profiter d’avantages fiscaux ? Pour organiser la gestion d’un bien entre concubines ? Pour transmettre un bien à vos enfants ? Ceci est important car SCI reste une entreprise dont la direction est soumise à des obligations fiscales, comptables et légales.

La rédaction des statuts

Vous devrez également rédiger des statuts qui régissent la gestion du SCI. Ils sont donc nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci. Les statuts doivent comporter plusieurs mentions, notamment :

  • Le siège social : il établit les principaux services administratifs du SCI et doit être établi en France. Il peut être fixé au domicile du gérant, dans un local commercial ou dans une entreprise de domiciliation.
  • L’objet social : dans le cas d’une société civile telle que SCI, l’objet ne peut pas être commercial. Si une activité commerciale est principalement exercée par SCI, elle risque de reclassement et d’imposition au niveau de l’impôt sur les sociétés (IS).
  • Intendance : il convient que les parents associés se nomment eux-mêmes dirigeants et disposent de pouvoirs étendus jusqu’à leur mort ou la fin de l’entreprise afin d’anticiper la sortie des enfants de l’entreprise.
  • L’opération. Pour faciliter autant que possible les modalités d’exploitation, les partenaires ont intérêt à fournir des règles flexibles. Par exemple, pour la convocation, la tenue de réunions, les conditions de vote majoritaire, etc. Néanmoins, pour les conditions d’approbation de nouveaux partenaires et les conditions de transfert des actions, des règles strictes sont préférables.

Les contributions de associés pour former un capital social

Chaque partenaire doit apporter des contributions pour constituer le capital social de la SCI, en plus de déterminer ses parts sociales. Il existe deux types de contributions :

  • Les contributions en nature correspondent à des biens immobiliers ou immobiliers. Notez que ce type de contribution peut nécessiter l’intervention d’un notaire.
  • Les

  • entrées en espèces constituent une alternative plus simple. En effet, ils ne génèrent pas d’implications fiscales (taxe de transfert ou impôt sur la plus-value) et ne demandent pas à posséder des biens au préalable. Il s’agit de la somme d’argent que les partenaires allouent au capital de l’entreprise. Si les contributions en espèces ne sont pas suffisantes, les partenaires empruntent à titre personnel ou SCI le fait. Dans ce dernier cas, les associés ne bénéficient pas de prêts assistés. SCI ne peut pas non plus profiter des dispositions favorables du Code de la consommation telles que le droit de rétractation. Toutefois, elle peut déduire les intérêts sur le prêt de ses bénéfices imposables.

Les documents à envoyer pour créer un ICS familial

Un certain nombre de pièces justificatives doivent être envoyées au greffe du tribunal de commerce pour que votre SCI soit enregistrée et peut avoir un numéro SIREN. Ces documents sont les suivants :

  • Les statuts signés par tous les partenaires.
  • Preuve de l’adresse du siège social.
  • Un certificat de publication dans un journal d’annonces légales.
  • Une déclaration de non-condamnation de la part du directeur.
  • Une pièce d’identité du responsable.
  • Un formulaire MO.
  • Un chèque libellé à l’ordre du greffe du tribunal de commerce.

Créer un SciOnline

Partager :